Un champ de compétences très large

Un champ de compétences très large et en régulière extension
(extraits du Décret n°88-659 du 6 mai 1988 – J.O. du 8 mai 1988)

Au niveau des troubles :

  • Retards du développement psychomoteur
  • Troubles de la maturation et de la régulation tonique
  • Troubles du schéma corporel
  • Troubles de la latéralité
  • Troubles de l’organisation spatio-temporelle
  • Dysharmonies psychomotrices
  • Troubles tonico-émotionnels
  • Maladresses motrices et gestuelles, dyspraxies
  • Débilité motrice
  • Inhibition psychomotrice
  • Instabilité psychomotrice
  • Troubles de la graphomotricité, à l’exclusion de la rééducation du langage écrit.

Au niveau des techniques rééducatives :

  • Actes de dépistage, prévention, – bilan psychomoteur
  • Education précoce et stimulations psychomotrices
  • Rééducation par des techniques telles que : expression corporelle, éducation gestuelle, activité d’équilibration et de coordination.

L’intérêt majeur de la psychomotricité réside dans cette prise en charge originale faite à la fois de relations et de techniques corporelles, ce qui permet un champ d’application très large.

Le psychomotricien intervient sur prescription médicale.

  • Il s’occupe entre autres d’enfants intelligents à retards scolaires, de jeunes enfants caractériels, d’enfants ou d’adolescents débiles légers.
  • Il peut aussi traiter des adultes souffrant de maladies de civilisation (stress, obésité, insomnie,…) ou encore atteints de troubles mentaux plus ou moins graves.
  • Il permet le maintien à leur domicile de nombreuses personnes âgées en développant leurs potentialités corporelles non atteintes.
  • Il contribue à la prévention de certains accidents du travail par un traitement approprié de certaines difficultés.

Cet aspect multiforme de la fonction du psychomotricien témoigne de sa modernité et permet ainsi à la profession de s’adapter et d’élargir ses possibilités d’emploi.